Le projet CiTIQUE

Citique est un projet de science participative où les citoyens peuvent aider les chercheurs à mieux connaitre l’écologie des tiques et des maladies qu’elles transmettent

en quelques mots

CiTIQUE est un programme de recherche participative partenarial qui vise à mieux comprendre l’écologie des tiques et les maladies qu’elles transmettent, dont la maladie de Lyme. CiTique fait travailler ensemble à toutes les étapes du projet des citoyens et des chercheurs.

Pour tout comprendre en 2′

  • Faire progresser les connaissances scientifiques sur l’écologie des tiques et permettre le développement de nouveaux outils de prévention des maladies transmises par les tiques
  • Impliquer les citoyens dans la recherche de façon à résoudre un problème de société
  • Co-construire les questions de recherche avec les différents acteurs (chercheurs, citoyens, professionnels)
  • Organiser une collecte d’informations et de tiques piqueuses sans précédent, unique en France et accessibles à tous les chercheurs.
  • Créer des moments de rencontre et de débats privilégiés entre les chercheurs et les professionnels
  • Mettre en place une collection d’échantillons et de données associées unique en France, accessible à tous les chercheurs : une tiquothèque.

Nos publics cibles sont :

  • Le grand public, tous les citoyens
  • Les associations relais dans le domaine de la santé (associations de malade) ou des loisirs (associations naturalistes, associations de chasseurs, associations de promeneurs,…)
  • Les professionnels à risque (professions de l’agriculture et de la forêt, professions naturalistes)
  • Les professionnels de santé (médecine humaine et médecine vétérinaire, pharmaciens)
  • Les professionnels en lien avec les animaux (éleveurs, toiletteurs, ostéopathes, vendeurs d’aliments …)
  • Les élèves et leurs enseignants
  • Les chercheurs d’autres disciplines qui ont besoin pour leur propre études d’exploiter les données collectées (géographes, statisticiens par exemple)

Nous envisageons de nous appuyer sur le réseau de mairies, des médecins, des vétérinaires, des pharmacies et des réseaux associatifs (protection de l’environnement et éducation à l’environnement) pour la mise en place de la campagne de collecte des tiques.

En ce sens, nous sommes à la recherche de relais et de partenaires. N’hésitez pas à nous le faire savoir !

Initié en juillet 2017 CiTIQUE est un programme de recherche participative partenarial qui vise à mieux comprendre l’écologie des tiques et les maladies qu’elles transmettent, dont la maladie de Lyme. CiTIQUE fait travailler ensemble à toutes les étapes du projet des citoyens et des chercheurs. Le projet CiTIQUE se compose de plusieurs actions que sont :

  • La co-construction des questions de recherche et des protocoles d’échantillonnage
  • La création d’une application smartphone et collecte d’informations de piqûres
  • La collecte massive de tiques piqueuses
  • La création d’un réseau de distribution de kits de collecte
  • La constitution d’une tiquothèque, unique en France, qui répertorie les échantillons de tiques collectés et centralise toutes les informations scientifiques en lien avec ces échantillons
  • L’information et l’amélioration des réflexes de prévoyance

Les actions déjà débutées/réalisées

1. Co-construction des questions de recherche et des protocoles d’échantillonnage :

Nous avons lancé un travail sous forme d’ateliers rassemblant un large éventail d’acteurs, que nous avons animé grâce à des médiateurs spécialistes. Pour ce faire, un travail sous forme d’ateliers rassemblant un large éventail d’acteurs (chercheurs, citoyens, professionnels, associations) a déjà débuté

2. Création d’une application smartphone et collecte d’informations :

La participation des citoyens à une collecte massive d’information sur les tiques qui ont piquées les humains ou les animaux, est encouragée par la diffusion d’une application gratuite pour smartphone  qui permet aux personnes d’indiquer notamment la date et le lieu de la piqûre mais aussi les conditions écologiques du lieu de la piqûre. Depuis son lancement le 15 juillet dernier, cette application qui a été développée en partenariat avec le Ministère de la Santé et l’ANSES dans le cadre du plan Lyme, a été téléchargée plus de 24 000 fois, et ce sont plus 4 000 signalements qui ont été réalisés par les citoyens.
Les données collectées par cette application sont automatiquement intégrées à une base de données et un pipeline informatique génère la cartographie des piqûres, consultable en temps réel grâce à cette application.

Par ailleurs, les autres informations collectées (végétation, météo, lieux, personnes piquée, etc.) seront utilisées pour répondre à des questions de recherche encore non résolues concernant l’écologie des tiques. Enfin, les personnes piquées peuvent bénéficier via cette application d’informations de prévention complémentaires ainsi que de rappels concernant le suivi de leurs piqûres. Enfin, il est proposé aux personnes d’envoyer la tique piqueuse à une adresse unique pour toute la France afin que cette tique soit analysée de manière approfondie.

3/ Collecte massive de tiques

Une large campagne de communication vis-à-vis des citoyens et des professionnels de santé humaine et vétérinaire a débuté, organisée de manière à mettre en place une collecte massive de tiques piqueuses.

Il y a deux façons de faire parvenir les tiques au laboratoire :
– Soit directement par courrier
– Soit via un kit de collecte disponibles en Région Grand Est et dans certains réseaux partenaires

Soyez informés de ce qui se passe dans le projet CiTIQUE

Soyez informés de ce qui se passe dans le projet CiTIQUE

Nous vous enverrons régulièrement des informations à propos du projet CiTIQUE, des tiques en général et de leur écologie.

Comme nous n'aimons pas le spam, promis, on ne donnera à personne votre adresse mail, et on sera raisonable quant à notre fréquence d'envoi.

Et bien sûr, vous pouvez vous désinscrire à tout moment !
Alors ? A bientôt ?

Bravo, vous êtes inscrits ! A bientôt !

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :